LA COMPAGNIE

Le T.I.R et la Lyre a été créé en 2001 par l’autrice-metteuse en scène et comédienne Violaine de Carné, diplômée de l'ESAD. Cette compagnie développe depuis 2008 une recherche artistique innovante : le théâtre olfactif. Investir la scène du théâtre avec des odeurs permet de convoquer une réalité sensible dans l'espace de la fiction, de questionner autrement le monde qui nous entoure et de renouveler les modes de réception du spectateur. Dans la démarche artistique de la compagnie, les odeurs ne sont donc pas à considérer comme un ajout esthétique et accessoire, mais elles s’inscrivent dans une véritable dramaturgie olfactive qui les place au cœur de la représentation. Cette démarche singulière et peu explorée dans le champ du spectacle vivant, participe d’une volonté de parler différemment du monde contemporain, pour tenter, collectivement de déplacer nos regards, nos visions et nos idées.

 

Le T.I.R et la Lyre propose ainsi des créations multi-sensorielles qui croisent différents arts (théâtre, arts numériques, création olfactive, création musicale et sonore...). Cette pluridisciplinarité vise à réinventer une esthétique dans laquelle musique, projections d’images, diffusion d’odeurs, scénographie et texte se complètent pour faire émerger un théâtre total, où l’émotion naît de l’éveil des sens, chez le spectateur comme chez l’acteur.

 

Parce qu’un théâtre engagé puise sa sève dans des échanges nourrissants avec tous les publics, la compagnie le T.I.R et la Lyre, propose, au delà de ses créations, des ateliers olfactifs qui s’adressent aux jeunes comme aux seniors, aux amateurs comme aux professionnels. Ainsi, le travail de création est indissociable d’un travail sur le territoire : conférences, ateliers et stages d’écriture et d’improvisations olfactives (dans des centres sociaux, hôpitaux, bibliothèques, collèges, lycées), permettent de révéler les singularités de chacun, de libérer des émotions et de réfléchir aux meilleurs moyens de les exprimer.

La Compagnie le T.I.R et la Lyre est soutenue, par le Conseil Général  de l’Essonne et le Conseil Général de Seine et Marne, pour ses créations artistiques et son implantation territoriale. La Région Île-de-France soutient la création et la diffusion des Visites Théâtrales et Olfactives.

VIOLAINE DE CARNÉ

Comédienne - Autrice - Metteuse en scène

Après Hypokhâgne et une Maîtrise d’Histoire à la Sorbonne, Violaine de Carné intègre en 1992 l’ESAD (Ecole Supérieure d’Art Dramatique) pendant trois ans. Elle élargit ensuite sa pratique artistique au chant, au clown, au masque, au mouvement, par le biais de stages et travaille avec des metteurs en scène comme Ariane Mnouchkine, Jean Pierre Vincent, Philippe Adrien, Alain Françon, François Rancillac.

Elle joue, comme comédienne dans de nombreuses pièces : Mademoiselle Julie d'August Strinberg (mise en scène : Daniel Amar - Théâtre 95 de Cergy), Armor d'Elsa Solal (mise en scène : P. Boulay - T.G.P. de Saint-Denis), Le Jeune Prince et la Vérité de J-C Carrière (mise en scène : E-A Maillet - CDN de Sartrouville). En 2009/2010, avec l’auteur en scène, François Chaffin, elle joue dans La première fois que la nuit est tombée (SN de Saran) et Nous sommes tous des dictaphones (S.N de Dunkerque, Scène Conventionnée de Bellac, Théâtre de l’Opprimé à Paris.) et en 2012 Hiver de Jon Foss ( S.N de La Ferme du Buisson , Théâtre de l’Etoile du Nord à Paris). Elle tourne avec Abdellatif Kéchiche dans La Graine et le Mulet en 2006 et dans La Vénus Noire en 2009.

Parallèlement à son travail de comédienne, ayant soif de « formes nouvelles », elle crée la compagnie le T.I.R et la Lyre en 1999 pour donner vie à ses propres créations. Le premier spectacle sera Revendications galantes ou le cabaret des filles de joie en 2000, puis Chœur d’artichaut ou l’Alchimie du goût  en 2003. Ces deux premières créations originales, qu’elle écrit et met en scène, mêlent musique et théâtre, dans une ambiance de « cabaret ».

En 2006, le travail d’écriture et de mise en scène se poursuit avec L’Encens et le Goudron, un spectacle sensible qui traite des troubles du langage et de la mémoire. Pour l’écrire, elle suit, pendant huit mois, des patients en rééducation à l’hôpital de Garches. Ce spectacle qu’elle joue, seule en scène en interprétant sept personnages, aborde un thème qui lui est cher, celui de l’altérité et de la différence. A la musique et au texte s’ajoutent la vidéo et… les odeurs. Elle oriente alors son travail théâtral autour de l’olfactif, des sens et de nos perceptions. Des stages d’écriture et de Théâtre olfactif sont imaginés et mis en place par Violaine de Carné. Les représentations de L’Encens et le Goudron ont toujours été accompagnées de nombreuses actions de sensibilisations (conférences, ateliers) avec des publics dits « sensibles » ( centres sociaux, hôpitaux, jeunes en difficultés), des seniors et des scolaires. Grâce au soutien de la Drac-Culture à l’hôpital, elle développe pendant trois années un travail théâtral avec des patients à l’hôpital de Coubert (77).

 

Le monde de l’olfaction lui ouvre un terrain de recherche artistique, scientifique et philosophique. Nourrie de rencontres, d’échanges avec de nombreux parfumeurs mais aussi des scientifiques (neurobiologistes de l’olfaction), des philosophes, elle intègre le projet KODO, projet de recherche scientifique, philosophique et artistique, financé par l’ANR, autour d’une esthétique olfactive.

 

Les ateliers de recherche olfactive qu’elle a développée avec des publics dits amateurs mais aussi des comédiens professionnels, sous la forme de stages de direction d’acteurs sur Paris, la mènent en 2012/2013 à l’écriture et à la mise en scène d’une nouvelle création Parfums de l’Âme. L’ambition de cette fiction est de plonger le spectateur dans le monde fascinant des odeurs. La pièce est une exploration du sens de l’odorat autant qu’une réflexion sur la question de l’identité. Cette dernière création avec sept comédiens au plateau, de la musique, de l’image et des odeurs a été présentée sur le premier trimestre 2013 à la Scène Conventionnée des Ulis, aux Théâtres de Sarcelles, Coulommiers, Epinay sous Sénart,  ainsi qu’à l’Espace des 26 Couleurs de Saint Fargeau-Ponthierry.

 

Violaine de Carné a été invitée en 2014 à rédiger un article sur le théâtre olfactif dans l’ouvrage collectif à paraître L’Art olfactif contemporain, publié sous la direction de Chantal Jaquet aux éditions Classiques Garnier. En mai 2014, elle intervient à la Sorbonne pour le colloque international sur La Création Olfactive.

De 2013 à 2016, des Visites Théâtrales et Olfactives, spectacles déambulatoires, dans des lieux patrimoniaux ont été créées par Violaine de Carné. Ces visites poursuivent leur essor dans toute l’Île-de-France : des visites sont créées et reprises à l’Institut du Monde Arabe, à Joinville le Pont, au Domaine de Chamarande, à la Maison Louis Braille, au Parc de la Villette (avec le soutien de la Ville de Paris), au Moulin Russon (en Marne-et-Gondoire), au Parc Dupeyroux de Créteil, au Domaine de Méréville, à la Maison-Atelier Foujita, au château du CNRS de Gif-sur-Yvette. De nouvelles Visites Théâtrales et Olfactives sont prévues en 2017 à l’IMA, au Musée de l’Homme et au Château Musée de Nemours.

Violaine de Carné poursuit aujourd’hui sa réflexion théâtrale et olfactive avec la création en 2016/2017 d’un spectacle jeune public La Bête…en compagnie de la plasticienne olfactive, Laurence Fanuel. Dans cette adaptation contemporaine de « la Belle et la Bête », la Bête ne sera donc pas représentée physiquement, mais évoquée, convoquée par la voix et l’odeur. En 2016, le texte La Bête… a été lauréat du Centre National (ARTCENA) du Théâtre dans la catégorie Dramaturgies Plurielles.

ACTUALITÉ - COMPAGNIE - SPECTACLES - CONTACT - MENTIONS LEGALES

© 2017 Compagnie le TIR et la Lyre

  • w-facebook
  • Vimeo - White Circle